Éclairages

PARENTS-ENSEIGNANTS Réenchantons la relation

-  JOURNEE DE L'OBSERVATOIRE - "Parents-enseignants Réenchantons la relation"

3 OCTOBRE 

Aujourd’hui, on se focalise trop souvent sur les tensions qui existent entre les familles et les acteurs du monde scolaire. Certains enseignants se sentent remis en cause par des parents quant à leur manière d’enseigner. Certains parents pensent, de leur côté, que les enseignants les jugent sur leur manière d’exercer leur parentalité.

Cependant, des études le prouvent, nombre de parents se disent satisfaits tant de la qualité du climat scolaire que des relations enseignants/parents dans nos établissements. Ce constat est partagé par les deux partenaires. (voir ouvrage Georges Fotinos – enquête auprès de directeurs d’écoles, de personnels de direction et de parents d’élèves 2015)

Revisitons donc, nos valeurs, nos points d’appui, pour construire ensemble des voies nouvelles pour l’avenir. 

Programme de la Journée

Vidéo de présentation à passer en journée de prérentrée ou autre

Affiche pour diffusion

Flyers à distribuer aux parents, aux enseignants au personnel de l'OGEC (imprimer recto/verso)

Lien pour s'inscrire.

Une évolution des itinéraires éducatifs - Yves Mariani

Lors de la journée Observatoire du 26 mars 2014, Des clics et des Clacs Tout s'en "mail" on s'en mêle!,  Yves Mariani du SGEC nous a proposé trois provocations à penser: il s'agissait d'envisager quelques évolutions anthropologiques liées aux modifications de la société pour nous aider ensuite à se questionner sur notre posture d'éducateur aujourd'hui.

Première provocation à penser: notre rapport aux limites

Seconde provocation à penser: notre rapport à la relation

Dernière provocation à penser: notre rapport au temps et au monde

A l'école de la Fraternité

Lors de la journée de rentrée des étudiants au CUCDB, ANDRE-PIERRE GAUTHIER s'est adressé aux étudiants et aux enseignants pour les amener avec lui sur les chemins de la Fraternité. Cette conférence nous redit comment l'école est un lieu où le travail de la fraternité n'est pas chose naturelle.

Dans son livre " A l'école de la fraternité" André- Pierre GAUTHIER plaide pour une école qui ne serait plus seulement un lieu de récompense et de punition , mais un laboratoire de créativité, d'humanité et de fraternité. Une fraternité qui se révélerait dans la transmission des savoirs et savoir-être, qui ne serait rien d'autre qu'un chemin d'Evangile offert à tous.

Lien vers la vidéo

Relever les défis de l'éducation J.M.Petitclerc

Les jeunes passent du temps dans trois milieux différents, leur famille, l’école et la rue. Chacun de ses milieux possède une culture propre si bien qu’un point essentiel pour la bonne vie du jeune réside dans leur interaction. Or, deux évolutions dramatiques ont marqué les vingt dernières années, l’augmentation du poids de la culture de la rue et les contradictions entre les autorités scolaires et familiales. Dans la rue, les jeunes élaborent souvent des manières d’être ensemble par contradiction avec celles exigées par les institutions. Par nature, les premières sont donc peu capables d’interagir positivement avec les secondes. Ce qui doit normalement se passer, c’est l’abandon des premières quand le jeune rencontre la famille ou l’école, et l’adoption de celles qui correspondent à ces deux milieux. Or, ce basculement s’opère de moins en moins bien depuis vingt ans : les codes sociaux de la rue s’imposent de plus en plus aux deux autres espaces.  Des échos de la conférence